Abomey: Le Roi Béhanzin l'icône de l'independance précoloniale et la Caravane

Publié le par houedji

7dc1005620.jpg

 

Considéré comme un être sacré, le souverain du Dahomey (l’actuelle République du Bénin) porte généralement un nom spécifique à valeur allégorique évoquant son parcours, sa vision ou ses projets. Littéralement Béhanzin signifie: « L'univers tient l'œuf que la terre désire » et ce roi qui s’était choisi le nom fort de Kondo le requin prit comme devise « Le requin en colère vient troubler la barre », illustrant sa volonté de défendre la terre de ses aïeux contre les Français.
Succédant à son père, Glélé, il est intronisé en 1889. Son règne coïncide avec l'expansion coloniale européenne, notamment française, en Afrique.
Jugé par ses propres ennemis « astucieux, vindicatif, d'un orgueil immodéré » et cependant « généreux quand il le faut », le nouveau roi doit faire face aux assauts des Français et lutter en même temps, dès 1890 et 1891, contre une opposition intérieure sur son propre terrain, menée essentiellement par des négociants et des politiciens.
En contact avec les Allemands, il procure à ses soldats des fusils et des canons. Il parvient même à faire intégrer dans son armée des Allemands et des Belges.
A la suite de combats meurtriers, le 17 novembre 1892, les troupes françaises entrent à Abomey alors que les palais ont été incendiés par le roi Béhanzin en personne, qui, pour sa part, a pris le maquis.


Le général Dodds place la ville sous protectorat français et proclame que Béhanzin est « déchu du trône de Dahomey et banni à jamais de ce pays ».
Béhanzin finit par se rendre le 26 janvier 1894. Après une dernière cérémonie d’adieu durant laquelle il salue le courage de ses soldats, il est exilé en Martinique sur ordre des autorités françaises.
Durant douze longues années, Béhanzin ne cesse d’espérer revoir un jour son pays natal.

Mais son état de santé se dégrade progressivement. Il quitte la Martinique en mars 1906 pour Blida en Algérie. Il décède à Alger le 10 décembre de cette même année.

Sa dépouille mortelle ne sera rapatriée à Cotonou qu’en 1928.

En 1960, le Dahomey accède à l’indépendance.

Symbole de la résistance au colonisateur, Béhanzin atteint la dimension d’un mythe pour l’ensemble du continent africain.Il est donc l'icône de l'indépendance précoloniale du Bénin d'alors Dahomey.C'est cette terre natale de ce célèbre Roi qui a accueilli du 26 au 28 la caravane le tour du Bénin en 50 jours.Cela fait plaisir de reconstituer l'Histoire de cette grande figure avec le bilan des 50 ans d'independance de notre très cher et beau pays le bénin.

 

 

     

Annuaire internationnal gratuit pour particuliers et Professionnels,référencement

Publié dans Caravane

Commenter cet article